FC Shiko

23 Dec 2011 by Yamaneko

On s’était vachement bien entraîné pour le match de ce samedi. On était chaud bouillant. On a voulu la faire cool, montrer qu’on pouvait aussi bien faire de la première division que des pools de quartier.

Malheureusement, pas plus tard que deux jours avant cette date cruciale, des emmerdeurs ont voulu nous mettre des bâtons dans les trous et piquant le matos de notre bassiste/catcheur au grand cœur préféré. C’est arrivé connement, le dos tourné, à peine cinq minutes, genre pour pisser. Bilan: une basse volée (et quelle basse!) et un rack complet de pédale d’effet (et quel rack!).

Tout ce qu’on peut faire aujourd’hui c’est imprimer cette photo et la mettre dans les toilettes, en souvenir. Il était beau ce rack.

On remercie d’ailleurs les petites tapes amicales sur l’épaule (et aussi les baffes dans la gueule) nous encourageant à fouiner sur le bon coin et autre …

On connaît un type qui connaît un type qui connaît un type qui a retrouvé son matos volé comme ça. Yep.

Mais bon, on a séché nos larmes, remonté nos pantalons respectifs et on a tenté de récupérer le maximum de matos possible pour la rencontre de ce week-end. Du coup Francis (la victime) a maintenant une jolie basse blanc cassé/sperme de perdrix.

Elle est jolie.

Nan?

Bref, mis à part tout ce joyeux bordel, on a mené la rencontre haut la main. Et les équipes en face c’était du lourd: Unno et Louis Aguilar and the crocodile tears.

Super match, joué collectif. Le score, on ne le sait toujours pas. À vrai dire on s’en tape les michous. Le plus important c’est qu’à la fin on a pu échanger nos maillots avec ceux des autres équipes. D’enfer. C’est ça la magie du sport.

Soit un gros jam tropico-hip-hop-folk sur la scène du Grand Mix de Tourcoing. Quand tu joues ce genre de truc devant 300 personnes tu te demandes quand même si c’est bueno … En tout cas on s’est bien marré.

 C’est comme à la fin de Got The Life. Quand Fred Durst et Jonathan Davis ils grillent des saucisses ensemble t’as vu.